Un premier comité de circonscription déconfiné le 12 juin

C’est en visio que Romain Pelissou, délégué de circonscription, nouvel élu à la ville de Toulon, et Geneviève Levy ont organisé un comité de circonscription Les Républicains. L’occasion d’échanger sur quelques sujets d’actualité.

Sur les élections locales, Romain a rappelé que la victoire au premier tour d’Hubert Falco qui a été en tête dans tous les bureaux de vote de Toulon, cela prouve une fois de plus que les électeurs ont reconnu le travail et l’engagement du Maire pour la ville et ont adhéré son projet pour le mandat qui commence .

J’ai évoqué ensuite les résultats du premier tour au niveau national qui nous ont permis de renouer avec la victoire: 56% des villes de plus de 9000 habitants ont élu un maire LR et pour les villes de plus de 30000 habitants, 70% ont été gagnées par un maire de notre parti. Et pour le 2ème tour une très grande majorité de candidats LR sont en bonne place pour être élus.

On constate l’effondrement des candidats LREM par rapport aux 3 élections précédentes, l’incapacité du Rassemblement National à s’enraciner qui  – comme à Toulon- à fait moins bien qu’annoncé et espéré par ce parti.

Sur la gestion de la crise sanitaire, j’ai indiqué l’investissement et le travail effectué par les élus locaux pour pallier le retard pris par le gouvernement pour mettre en place les mesures nécessaires à répondre aux besoins et surtout les mensonges inacceptables qui ont émaillé, au fil des jours, les discours des ministres concernés. Les commissions d’enquête de l’Assemblée et du Sénat en cours pointeront ces défaillances coupables, bien mieux que la commission créée par l’Elysée pour un « auto-contrôle » .

Nous verrons si les mesures budgétaires permettront d’éviter une crise économique dont les conséquences sont déjà, malheureusement pour certains secteurs, bien réelles, avec les risques d’une crise sociale que le gouvernement redoute.

J’ai enfin abordé 3 points qui me paraissent  être des signaux particulièrement inquiétants :

– la position prise par le ministre de l’Intérieur vis à vis des Forces de l’Ordre quand il invente «le soupçon avéré de culpabilité» qui remplacerait la présomption d’innocence, et ne lasse pas de surprendre par son amateurisme lorsqu’il dit que «l’émotion passe avant le droit». Quand il y a des actes racistes commis par les policiers ou les gendarmes, ils doivent être jugés et sanctionnés. Mais laisser entendre et laisser dire que les forces de l’ordre sont racistes constitue une faute lourde.

– l’ingérence de la Garde des Sceaux  qui faisant fi de la séparation des pouvoirs a invité une partie à une rencontre alors qu’il y a une procédure en cours.

– et enfin, vouloir réécrire notre Histoire en contestant ceux qui ont fait la France (notamment en déboulonnant des statues).

Nous avons la responsabilité et le devoir de dénoncer et de combattre  ce qui représente pour moi des atteintes graves à la démocratie. Notre parti, notamment par les voix de Christian Jacob, Eric Ciotti, Damien Abad, Gérard Larcher, Bruno Retailleau, a vivement réagi sur ces sujets, même si les médias limitent nos espaces de communication.