Communiqué de presse : mesures d’urgence économique

Ayant participé à l’ensemble des débats sur les mesures d’urgence économique, nous avons choisi l’abstention. En effet, les promesses du Président, faîtes les yeux dans les yeux aux Français, ne seront pas tenues. Le SMIC n’augmentera pas de 100 euros. Le salaire ne sera pas revalorisé mais potentiellement accompagné d’une prime d’activité octroyée sur la base des revenus du foyer. Ainsi seulement 50% des personnes touchant le SMIC seront susceptibles de percevoir 100 euros s’ils en font la demande. Contrairement au dispositif de défiscalisation des heures supplémentaires version Sarkozy 2017, les heures demeureront imposées à la CSG et CDRS. Les charges patronales ne seront pas allégées. L’option prise par le gouvernement est donc insuffisamment incitative pour que la mesure soit efficace. S’agissant de l’exonération de la CSG, tous les retraités percevant moins de 2000 euros n’en bénéficieront pas. Le calcul s’établira par couple. Le seuil est fixé à 2800 euros. Ainsi, un couple de retraité gagnant 1500 euros chacun ne sera pas concerné.

En outre, malgré nos propositions répétées, nous regrettons profondément que le gouvernement ne soit pas revenu sur la non indexation sur l’inflation des retraites, prestations familiales, APL. Enfin, déplorons que les mesures annoncées ne soient pas accompagnées d’une réduction équivalente d’autres dépenses. Elles seront donc financées par un endettement supplémentaire.

Communiqué de presse cosigné par Geneviève LEVY et Jean-Louis MASSON